Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de andika

Articles avec #retro tag

Forrest Gump, c'est la vie

14 Mai 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Retro

Forrest Gump doit être le film que j'ai vu le plus souvent au cours de mon existence. Il passe chaque année à la télévision, de plus, maintenant avec la TNT, c'est même plusieurs fois par an. Zemeckis et Tom Hanks nous ont livré un film intemporel, à l'émotion intacte quelque soit le nombre de visionnage. On a juste envie de suivre Forrest au travers de son parcours qui lui fait faire des rencontres plus extraordinaires les unes que les autres. A travers ce personnage un peu simple d'esprit, on trouve une profondeur et une sagesse inattendues.

Mais ce film également une chronique en profondeur de la société américaine à travers plusieurs événements, notamment la lutte pour les droits civiques, la guerre du Vietnam, l'irruption du VIH.

C'est enfin le destin croisé de deux personnages, un homme qui est Forrest et une femme qui est Jenny, et à la vue de ce film, j'en viens parfois à m'interroger pour savoir si un petit garçon et une petite fille ont les mêmes perspectives et opportunités à la naissance.

En tout cas, j'ai hâte de revoir ce film une énième fois !

Lire la suite

Le silence des agneaux: Magistral

14 Mai 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Rétro

Ah ce film. Il est sorti lorsque j'étais âgé de un an et lorsqu'il passait à la télé, il m'était rigoureusement interdit de le regarder. On avait bien enregistré le film sur une cassette vidéo mais rien que l'évocation du titre me donnait la frousse.

J'ai bien grandi depuis et maintenant, il s'agit tout bonnement d'un de mes films préférés. Bon, je ne vais pas vous mentir, en général, je me limite aux seules scènes avec Hannibal, notamment lorsqu'il écoute les variations Golberg de Bach dans des circonstances dirons nous particulières... C'est le plus grand rôle de Anthony Hopkins, un homonyme dont je suis très fier !

Jodie Foster est également excellente en Clarice Sterling et son interraction avec le le personnage de Hannibal est tour à tour touchante puis parfois franchement glaçante. Le jeu de manipulation et de séduction qui existe entre ces deux là est brillant. On ne sait jamais vraiment qui a l'ascendant.

L'idée de faire du personnage de Hannibal un cannibale psychopathe et psychiatre de profession est un véritable tour de force. Cela permet de sonder les profondeurs de l’esprit d'une manière captivante.

Ce film, c'est également une ambiance pesante, parfois insoutenable. Il ne s'agit pas d'une violence brute, ni perverse. C'est simplement un monde froid, sans concession qui parfois peut dérouter choquer mais dont il es toujours possible de sortir.

Enfin, le titre du film, évoquant le silence des agneaux est un signe d’optimisme, il évoque que l'on peut toujours surmonter ses traumatismes. Film à voir et à revoir mais pas trop jeune !

Lire la suite

Valmont, Forman nous la (re)joue Amadeus

29 Décembre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Retro, #MyCanal

Valmont est un film qui m'intéresse depuis un certain temps. Tout d'abord car il a été réalisé par Milos Forman à qui on doit entre autre le formidable Amadeus ou encore Vol au dessus d'un nid de coucou mais surtout parce que je suis un grand fan du roman de Laclos, Les Liaisons Dangereuses. J'avais déjà regardé les adaptations de Frears et de Vadim, je complète ici ma collection.

Valmont est une adaptation très libre du roman qui prend un parti pris. On rajeunit ici tous les personnages, et Valmont devient un peu moins calculateur et un peu plus amoureux. Le point fort de cette adaptation est de réserver beaucoup de surprises pour qui connait le livre mais le point faible est d'aboutir à certains non sens. Certains conflits deviennent quelques peu artificiels et le rajeunissement de certains personnages donne un petit souci de crédibilité à cette histoire. Toutefois, les personnages sont bien plus sympathiques dans cette adaptation, Merteuil jouée par Anette Bening parvient même à susciter l'empathie et Valmont n'a jamais été aussi attirant que sous les traits de Colin Firth. En revanche, le personnage de la présidente Tourvel est bien anecdotique dans cette adaptation.

Ce film est également une formidable reconstitution de l'époque baroque en France, que ce soit au niveau de la musique (d'où les réminiscences d'Amadeus) et de la danse, la photographie. Le contexte, la direction artistique, les costumes et les décors sont sublimes et cela permet de bien entrer dans l'histoire, car cela installe une ambiance immersive, crédible.

En conclusion, Valmont est un film qui permet d'aller plus loin dans sa curiosité quant au matériau d'origne, à savoir le chef d’œuvre de Laclos.

Lire la suite

Kramer contre Kramer : Un papa une maman

6 Septembre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Oscar, #Hoffman, #Streep, #Retro

Tout commence avec le générique de début sur fond de ce fantastique concerto pour mandoline en do mineur de Vivaldi. Écran noir, crédits en blancs et une musique légère et pourtant, dès le début, une scène vraiment triste. Le départ de la maman de la maison.
Kramer contre Kramer est un de ces films qui marque profondément le spectateur. Il suffit de le voir une seule fois pour ne plus jamais l'oublier, pour en ressentir l'empreinte indélébile sur notre âme.
Avant d'être une histoire sur la séparation, la parentalité, l'adaptation, l'absence de la mère, la souffrance, c'est avant tout un film de comédiens.
Meryl Streep, Dustin Hoffman et Justin Henry (l'enfant) sont tous les trois exceptionnels et ce n'est pas pour rien que les deux premier ont obtenu l'oscar pour leurs rôles respectifs.
C'est une histoire banale de nos jour mais tellement novatrice pour l'époque. En cas de séparation des parents, le père peut-il avoir la garde de l'enfant ? La réponse est mille fois oui mais n'est pas évidente, aujourd'hui encore.
Mais ce film le démontre, la manière dont le père surmonte la situation, s'adapte et parvient à retrouver un équilibre solide avec son fils. Et pourtant, la justice n'en tient las rigueur dès le retour de la mère. Mais ce n'est pas si simple, car la mère éprouve une vraie culpabilité, un vrai sentiment de remord et sa démarche semble sincère.
L'émotion est de tous les plans, dès les premiers plans, Meryl Streep est bouleversante, c'est ce ce film qui m'a rendu définitivement amoureux d'elle d'ailleurs.
Être parent n'est pas une chose aisée, il n'y a pas de modèle parfait, il suffit juste de savoir s'adapter et trouver le meilleur équilibre possible et surtout, privilégier les intérêts de l'enfant.

Lire la suite

Blade Runner, Overrated

6 Septembre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Retro

Blade Runner est prétendument un film culte et pourtant il est une déception pour moi. Il est très loin de toutes mes attentes.

Dès le début, cela se passe mal. Un texte apparaît à l'écran pour nous poser le contexte et tout ce qui en sort, c'est que les répliquants sont pourchassés et tués par les humains. On a l'impression qu'ils sont "retirés" sans raison.

Les répliquants sont les antagonistes de ce film mais ce ne sont pas des méchants, ce qui met le spectateur dans une situation inconfortable car, les bons et les méchants ne sont pas clairement identifiés. Parfois, c'est bien, quand on s'écarte du manichéisme, que tout le monde pose des actes discutables, que le monde est gris. Mais ici, rien de cela. Ce film se veut intelligent, veut poser une réflexion sur la vie, sur l'Homme qui se prend pour Dieu, sur la technologie, les craintes qu'elle peut faire naître, la science, la génétique. Mais au final, tout cela est pompeux et peu clair.

Cette traque des robots semble vaine, les objectifs poursuivis par les personnages ne sont pas clairs et par conséquent, la confrontation entre l'Homme et la machine est ici un acte manqué.

Le seul point positif de cette histoire, c'est bien entendu le personnage de Harrison Ford qui sauve le film et sa relation avec un de ces robots.

Il n'y a ici nulle profondeur, le film a vieilli assez mal de surcroît, on reste vraiment sur sa faim. D'ailleurs, en parlant de fin, celle-ci est assez ridicule. Il me semble que Balde Runner est un film largement surestimé.

Lire la suite

Magnolia, une belle journée

3 Août 2010 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Retro, #PTA

Ça faisait des années que j'avais envie de voir ce film, je me souviens étant petit, un ami à moi l'avait en VHS, c'est pour dire depuis le temps que ce film me trotte dans la tête ! C'est donc choses faite depuis aujourd'hui ! Je connaissais les film de PTA de réputation mais je n'en avais encore jamais vu moi même, et avec ce Magnolia, je commence à comprendre pourquoi il est apprécié, de nombreuses thématiques intéressantes y sont abordées telles l'amour, le pardon, la repentance, la colère, tout ceci fait de manière très originale. Ce film est doté d'un casting admirable, et d'une BO de bonne facture. J'ai beaucoup apprécié l'introduction, mais par contre le final m'a un peu laissé perplexe, j'ai l'impression qu'il était un peu précipité, voyez-vous, comme lorsqu'on n'a plus beaucoup de temps pour rédiger la conclusion de sa dissertation ! Bref j'aurai pu continuer à suivre ces personnages un peu plus longtemps, c'est le reproche majeur que j'adresse à ce film alors même qu'il fait près de 3h !

Lire la suite