Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de andika

Articles avec #don giovanni tag

Don Giovanni à Bastille

24 Septembre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Opéra, #Autre, #Mozart, #Don Giovanni, #Haneke, #Bastille, #Opéra de Paris, #Paris

Par où commencer ? Je suis récemment allé voir le célèbre opéra Don Giovanni de Mozart sur un livret de Da Ponte à l’opéra Bastille et c’était un moment merveilleux. On va occulter le fait d’avoir eu à monter 6 étages pour accéder à son siège, mais d’un autre côté, j’aurais pu prendre l’ascenseur.

Je me suis abonné à l’opéra de Paris pour la saison 2015/2016 depuis au moins 6 mois et l’heure du premier spectacle était enfin arrivée. Et quoi de mieux pour commencer ma saison que Mozart ?

C’est un compositeur que j’adore et l’opéra Don Giovanni ne m’est pas totalement inconnu. On en entend de célèbres extraits dans le fameux film Amadeus (à propos duquel j’ai écrit quelques lignes sur ce blog), mais je suis également familier du personnage de Dom Juan lui-même. Non pas que je sois un séducteur invétéré mais j’ai eu à lire la pièce de Molière au lycée. Mais l’histoire diffère un peu dans ce Don Giovanni même si c’est peu ou prou la même chose et que le personnage principal épouse à peu près les mêmes caractéristiques.

Alors, l’opéra en lui-même est brillant. On sent toute la dimension de la musique de Mozart qui est d’une puissance folle, son génie dans les duos, les trios, dans son ouverture, dans des airs absolument fantastiques. Le livret de Da Ponte n’est pas en reste même si le second acte est un peu une redite mais ce n’est pas trop grave puisque ce n’est pas forcément l’essentiel dans l’opéra. Tant qu’on comprend l’histoire, tout va bien.

Cette histoire est d’ailleurs simple. Don Giovanni est un jouisseur qui ne connait aucune limite, aucune entrave. Il n’a aucune morale, n’hésite pas à tricher, mentir, voler, violer. Il aime toutes les femmes, qu’elles soient belles, laides, jeunes, vieilles, tout ce qui l’intéresse, c’est d’ajouter une ligne à son palmarès (que son valet tient scrupuleusement d’ailleurs). Il me rappelle quelqu’un dont j’ai parlé récemment sur ce blog sur certains aspects…

La mise en scène était osée, on la doit au Michael Haneke. Il ne s’agit plus du 18ème siècle mais d’un cadre contemporain qui rappelle furieusement le quartier de la Défense. Et c’est dans ce sens qu’on remarque que le propos de cet opéra n’a pas tellement vieillit. Il s’agit encore un peu de conflits de classes mais surtout, de la nature des relations hommes/femmes. Du respect de la femme, de leur statut. D’ailleurs, aucune des victimes de Don Giovanni reste sans combattre, elles ont beau être séduites quelques fois, elles ne sont jamais bien dupes et sont animés d’une colère légitime contre lui. On pourra même souligner la fin un peu moralisatrice, mais d’un autre côté, vu la date de l’œuvre !

Enfin la musique mais surtout le chant. C’est impressionnant de voir à quel point le son de l’orchestre et les voix des chanteurs se projettent bien jusqu’au dernier rang. Le seul souci vient de la voix de basse du Commandeur qui semble être un peu lointaine, tel un écho mais cela doit être volontaire. Toutefois, il y a de nombreux moments de bravoure des chanteurs, qui sont mis en valeur et qui parviennent à chanter dans des positions vraiment particulières quelques fois ! Ainsi, on a droit à un très beau trio lorsque Don Giovanni séduit Zerlina (Alfin siam liberati, Duo Là ci darem la mano) , ou aussi un duo magnifique lorsque Zerlina veut se réconcilier avec Masetto mais mon moment préféré, c’est lorsque Laporello fait la liste des conquêtes de Don Giovanni ! (Air « Madamina, il catalogo è questo »)

C’étaient 3h40 de pur bonheur au final, j’ai eu droit à tout le folklore de l’opéra. Le truc le plus récurrent, c’est que les personnages disent les choses au moins à trois reprises, à chaque fois qu’ils prennent la parole. Ensuite, il y a bien entendu les sous titres qui sont au dessus de la scène car c’est un opéra en italien et même lorsque c’est en français, on ne comprend rien.

Le cadre de l’opéra Bastille est magique en plus, même s’il n’y a pas du Chagall au plafond, cette salle se défend pas mal du tout !

Don Giovanni

Dramma giocoso en deux actes (1787)

Musique
Wolfgang Amadeus Mozart
Livret
Lorenzo Da Ponte
 
En langue italienne
Direction musicale
Patrick Lange
Marius Stieghorst
6, 11, 16, 18 oct.
Selon une mise en scene de
Michael Haneke
Don Giovanni
Artur Ruciñski
Il Commandatore
Alexander Tsymbalyuk
Donna Anna
Maria Bengtsson
Don Ottavio
Matthew Polenzani
Donna Elvira
Karine Deshayes
Leporello
Alessio Arduini
Masetto
Fernando Radó
Zerlina
Nadine Sierra
12 > 23 sept.
Gaëlle Arquez
26 sept. > 18 oct.
Décors
Christoph Kanter
Costumes
Annette Beaufaÿs
Lumières
André Diot
Chef des Choeurs
Alessandro Di Stefano
Lire la suite