Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de andika

Articles avec #comic tag

Wonder Woman: Une divine naïveté

12 Juin 2017 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #comic, #DC

J'ai été chagriné par la polémique qui a accompagné ce film contre son actrice principale Gal Gadot pour des raisons positifs. Pourtant, qui n'a pas envie de regarder Gal Gadot pendant près de deux heures de film ?
 
Le DC cinematic universe continue à s'étendre avec ce Wonder Woman et on peut dire que ce cru est assez bon part rapport à ce qui a précédé iciici et ici. On suit la genèse de cette héroïne qui a grandi sur une île au nom imprononçable. Déesse, fille de Zeus, femme puissante. Et c'est le grand succès de ce long métrage. Notre héroïne tient le film, sans le moindre doute. C'est d'ailleurs étonnant que Hollywood ait été aussi frileux avec les personnages féminins en tête d'affiche tant cela semble naturel aujourd'hui.
 
Il y a un message féministe très subtile tout au long du film. La confrontation entre Diana et le monde réel en pleine guerre ne cesse d'étonner. Sous son apparente naïveté, elle y voit pourtant beaucoup plus clair que tous les autres personnages. Gal Gadot joue cela à merveille. Ce mélange de fragilité et de force. Cette sensibilité alliée à la puissance. Cette érudition couplée d'incompréhension du monde. Mais finalement, presque tout était gagné avec son accent bizarre qui crée de suite un contraste. Mais il est vraiment saisissant de voir toutes ces facettes incarnées par la même personne. Toutefois, il est assez gênant de voir les personnages allemand s'exprimer en langue anglaise entre eux...
 
Les effets spéciaux sont assez spéciaux, ni trop beaux, ni trop laids. Le scénario est convenu mais le casting est assez bon (Ah Robin Wright !) et on sent que tout le monde s'amuse. Cette présentation du personnage de Wonder Woman est un succès. Et cent fois oui, même s'il y a la guerre, même s'il y a des choses moches dans ce monde, l'amour vaut bien toutes les peines d'essayer.
Lire la suite

Logan : Le crépuscule d’une idole

22 Mars 2017 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Xmen, #comic

Logan est le énième film de la saga X-Men, il y en a tellement que j’ai arrêté de les compter. Il n’est pourtant pas dénué d’intérêt dans la mesure où il n’essaye pas d’être la suite d’un précédent ou encore d’annoncer un suivant.

Wolwerine a vieilli, Xavier est méconnaissable, l’ensemble des autres personnages sont de sombres inconnus, le cadre est minimaliste et pourtant, ça marche ! Grâce tout d’abord à un Hugh Jackman tout en muscles mais qui pourtant boite lorsqu’il ne conduit pas son über !

Le thème de la vieillesse du héros est pourtant éculé et malgré cela, le contraste fonctionne toujours. Voir les failles béantes du personnage que l’on pensait invulnérable marque le spectateur. Ce Logan rappelle le Old Snake de la saga MGS, avec bien entendu en commun le thème de la manipulation génétique, de la fabrication de super soldats…

Le point fort réside aussi dans la composition des enfants et plus particulièrement de la petite Laura qui a une présence phénoménale à l’écran et une crédibilité dans son rôle à souligner malgré son apparence physique frêle contrastant avec la violence cathartique du film.

Paradoxalement, cette adaptation de comic book, qui se permet le luxe d’être met en montrant même le comic X-Men à l’écran, permet de s’interroger sur le sens de la vie, notamment par le biais de Xavier. (En outre, une référence aux servitudes de droit civil des biens fera frétiller les juristes). Tout cela aboutit à une émotion tout sauf artificielle. Le film le plus profond de la saga et de loin.

Lire la suite

Doctor Strange: Encore un film fast food de Marvel Studio

14 Novembre 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #comic, #Marvel, #FastFood

Doctor Strange est un énième film de l'univers étendu de Marvel. Et ces film, c'est comme McDo, bien markétés, efficaces mais on est pas forcément rassasié à la fin, ce n'est pas forcément sain mais on prend indéniablement du plaisir.

Une fois de plus, on a droit à l'origin story d'un nouveau héros qui s'avère ici le Dr Stephen Strange, neurochirurgienn de son état et doté d'un égo surdimensionné. C'est un peu comme si le Dr Mamour de Grey's anatomy devenait un super héros en fait. Parce qu'il se tape aussi une de ses collègues médecins, il a aussi un accident qui bouleverse un peu sa vie en revanche, c'est la suite qui diffère.

Toutefois, pour un Marvel film fast food, on a des ingrédients de haute qualité, à savoir le casting. Benedict Cumberbatch, Chiwetel Ejiofor, Tilda Swinton, Rachel McAdams, Mads Mikkelsen, je dis un grand oui ! Ils font vraiment le boulot, surtout Tilda Swinton en grand ancien qu'on attend pas du tout dans ce genre de rôle et qui s'en sort à merveille. Sa diction, sa voix posée, ses répliques et même ses mouvements dans les scènes d'action, elle est vraiment captivante. Mads Mikkelsen nous la refait comme Le Chiffre dans Casino Royale.

Sinon, Cumberbatch a toute sa crédibilité en médecin avec un complexe de Dieu alors que spontanément, il a plus une tête d'un mec sympa. Mais il se découvre et devient peu à peu le héros qu'on sait bien qu'il est, il campe un Doctor Strange convaincant.

Enfin, j'ai trouvé que la réalisation était un peu paresseuse, avec toutes les distorsions du temps et de l'espace que montre cette histoire, il aurait été possible d'avoir des séquences bien plus impressionnantes. Toutefois, il s'agit d'un bon divertissement. Comme un fast food, c'est une sortie sympa mais il ne faut pas s'attendre à s'enrichir culturellement devant ce spectacle.

 

Lire la suite

Suicide Squad: De gentils méchants

4 Août 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #comic, #DC

Bon, j'avoue, facile l'oxymore du titre.

Suicide Squad est globalement une déception. Je n'avais pas d'attente particulière quant à ce film, j'avais simplement été alléché par le Joker interprété par Jared Leto, que j'avais trouvé génial dans les différentes bandes annonces. Mais on le voit si peu au final que ça en devient un peu frustrant.

Le postulat de départ du film, c'est de prendre une équipe de super vilains et d'en faire les héros même s'ils restent intrinsèquement vilains. Cette équipe est rassemblée par une certaine Amanda Waller qui est une agent secrète. C'est un semi échec. Le film ne s'assume pas comme un film de super vilains alors que tout le potentiel était là. Mais à force de ne pas vouloir être classifié dans les films interdits aux plus jeune, on en arrive à des films bancals, qui ne s'assument pas. Avec autant de méchants à l'écran, rares sont les moments un temps soit peu subversifs, malsains. Ou même si les auteurs ne voulaient pas aller dans une telle direction, ils auraient pu davantage questionner leurs personnages. Ce film manque cruellement de fond et c'est d'autant plus frustrant que tout le potentiel était là. Je pense à deux scènes en particuliers. Une intervention d'Amanda totalement ahurissante où on ne peut qu'être scotché sur son siège. La seconde séquence est un dialogue banal de tous nos méchants autour d'un verre, à propos de leur condition de méchant, leur place dans le monde. Et bien, c'est ça que je voulais voir

A la place de quoi, on a beaucoup de tentatives d'humour déplacées. On a un joker un peu tenu en laisse et qui n'a que des motivations purement romantiques... Et enfin, on a quand même aussi un vide au niveau des idées assez inquiétant.

Là où Batman vs Superman s'en sortait grâce à un fond qui tenait la route et des questionnements intéressants, rien de tel ici. On a un méchant risible qui a des buts pour le moins confus. Et puis cette manie de vouloir faire sombre en ajoutant un filtre à l'image, c'est fatiguant, on soigne plus la forme que le fond et on va dans le mur. Ainsi, la photographie crée effectivement une ambiance mais cette dernière n'est pas suivie par le scénario.

Mais il y a tout de même quelques points positif, une Harley Queen absolument géniale interprétée par Margot Robbie (validée de longue date dans WSW), un Joker totalement dingue interprété par Jared Leto, et enfin une Amanda Waller totalement malsaine interprétée par l'excellente Viola Davis.

Suicide Squad a néanmoins une utilité dans l'univers cinématographique de DC. Mais c'est tout de même paradoxal pour un film d'exploiter davantage ses faiblesses que ses forces. A croire que, sous prétexte de sortir l'été, il devient inutile de réfléchir au cinéma...

Lire la suite

X Men Apocalypse: Viens et vois

21 Mai 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #comic, #Xmen

Ça fait maintenant quelques années que je vais voir les films X Men au cinéma et j'ai l'impression qu'ils se bonifient avec le temps, surtout depuis les deux derniers. Ainsi, j'avais beaucoup aimé First Class qui revisitait la Guerre Froide de manière assez audacieuse puis Days of Future Past qui nous faisait voyager dans le temps de façon épique. Dans Apocalyspe, c'est la fin du monde qui nous est promis, rien de moins.

Enfin, il ne s'agit pas tout à fait de fin du monde. C'est également la genèse de certains personnages qui nous sont familiers comme par exemple Cyclope, Jean Grey, Tornade ou encore Diablo. Les voir se rencontrer pour la première fois tout en ayant des répliques faisant allusion au futur qu'on leur connait était assez amusant. De plus, ce rajeunissement général du casting était assez vivifiant.

Il s'agit également encore et toujours de l’immense partie d'échecs entre Magnéto et Xavier. Faire des deux principaux antagonistes les meilleurs amis du monde est une idée brillante qui ne cesse de me fasciner. Ils sont franchement amis et se mettent franchement sur la gueule, une vraie et belle bromance.

Ce film marque également le retour du personnage de Moira MacTaggert campée par une Rose Byrne que j'adore. Du coup, le lien avec First Class est réaffirmé, ce que manquait de faire Days of Future Past. En revanche, en 20 ans, les personnages ne vieillissent pas, c'est vraiment génial ! Ils auraient du pousser la filiation plus loin en réutilisant certains thèmes musicaux de First Class.

Parlons en de la musique d'ailleurs, elle est assez sympathique et nous mets dans l'ambiance, on remarquera que l'usage de l'allegretto de la 7ème symphonie de Beethoven est toujours du plus bel effet lorsqu'on veut instaurer une ambiance tragique.

Au niveau de la mise en scène et de l'action, c'est très sobre et c'est bien. On ne part pas dans la surenchère malgré le titre. Non, ce n'est pas un film catastrophe sur la fin du monde, on reste près de nos personnages et l'humour fait toujours mouche d'ailleurs. A ce sujet, Quicksilver est vraiment le meilleur, à nous emporter au son de Sweet Dream de Eurythmics !

Ainsi, Apocalyspe confronte chacun des personnages à ce qu'ils sont réellement, soit pour ses cavaliers en renforçant leurs pouvoir ou pour ses adversaires, en les obligeant à se dépasser afin d'être en mesure de se confronter à lui. Il a vraiment l'allure d'un prophète, à appeler tous les mutants ses enfants. On voit d'ailleurs au début la déférence de tous les personnages qui le fréquentent envers lui. Il donne bien entendu envie de le suivre en partageant son pouvoir mais c'est au final une personne assez solitaire qui ne transige pas et qui s'attire ainsi l'inimitié de tout le monde. Alors, bien entendu, il est tellement puissant qu'il pourrait raser la Terre en 5 minutes mais ce n'est pas son but. Il veut convertir avant toute chose l'humanité avant de la purifier. Ainsi, il cherche d'abord à déconstruire les croyances des hommes, dans leur société, dans leur force avant de les briser.

Ainsi,la scène où il recrute Magnéto et l’emmène à Auschwitz pour lui faire ressentir ce qu'il y a de plus mal en l'humanité et réveiller sa colère, son pouvoir et l'une des plus belles. Il le convertit en lui disant comme dans la Bible, "Viens et vois."

Oui, il faut venir et voir ce film. Les thématiques sont encore sensiblement les mêmes, à savoir l'exclusion des mutants de la société, leurs questionnements existentiels mais il y a également de nombreuses nouveauté, à savoir que à quel saint se vouer en cas de pépin ?

J'ai l'impression que la morale du film, c'est que l'amour et l'amitié sont plus forts que tout, c'est beau !

Lire la suite

Captain America: Civil War, une guerre gentille

13 Mai 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #comic, #Marvel, #MCU

Je suis allé voir Captain America Civil War avec la ferme intention d'en découdre. Je voyais beaucoup de monde encenser ce film pendant qu'ils descendaient Batman vs Superman. Donc, armé de toute ma mauvaise foi, je me préparais à faire le contraire mais en sortant de la salle de cinéma, je n'a pu qu'admettre que ce film est une putain de réussite même s'il souffre de quelques défauts mineurs.

Le MCU

Ça fait quelques années qu'on entend parler de ce fameux univers cinématographique de Marvel et on ne s'en lasse pas. Il ne cesse de s'étendre. Personnellement, je ne vais pas voir tous les films, ça en deviendrait presque comme une série télé. Je me limite aux Avengers et Iron Man, bien que je sois allé voir le premier Thor au cinéma à l'époque. Mais tout ce qui est Ant Man, Les gardiens de la galaxie, Captain America, ça ne m'intéressait pas. Mais comme ils ont eu le bonne idée d'amener Tony Stark dans ce film avec un bon paquet d'Avengers, je n'ai pas pu résister.

Un Marvel toujours aussi fun

Devant ce Civil War, j'ai retrouvé toutes les bonnes vibes du premier Avenger. Beaucoup, d'action, beaucoup d'humour, beaucoup de personnages tout aussi mystérieux qu'intéressants et surtout une Scarlett Johansson à tomber (elle rentabilise largement le prix du billet à elle seule).

Ce qui est bien avec une telle foule de personnages, c'est qu'il y en a pour tout le monde. Moi, je suis tombé sous le charme de Black Panther dont le costume ressemble à s'y méprendre à une tenue SM pour des parties fines. Je ne pensais qu'à cela lors de son apparition. En tout cas, c'est le genre de héros qui sort un peu des sentiers battus au niveau de ses origines et c'est assez plaisant dans ce genre de film d'être étonné de la sorte.

D’ailleurs, pour un divertissement asse léger, on voyage beaucoup, en passant notamment par l'Afrique ce qui n'est pas pour me déplaire. Ainsi, il y a des enjeux assez sérieux malgré le fun, on questionne les agissements de nos Avengers. Certains sont pour une tutelle, d'autres sont contre et c'est source de conflit. Tout le monde a des arguments qui se défendent et il est difficile de faire son choix, personne n'a tort, personne n'a raison et du coup, c'est beaucoup moins manichéen que d'habitude. Les batailles fratricides sont toujours les meilleures.

Un Captain America avant tout

Et oui, il s'agit avant tout de Captain America 3, et au milieu de tous ces personnages illustres, Steve Rogers parvient à exister et montrer que c'est lui le héros éponyme de ce film. D'ailleurs, de l'eau à coulé sous les pont. Dorénavant c'est le mec le moins pommé du lot, il n'est plus bloqué en 1945, il est bien revenu parmi nous. Ainsi par exemple, maintenant il sait quand il faut emballer ! J'ai aimé son interaction avec les autres personnages et c'est vraiment un point fort du film et on perd rarement de vue que c'est son film à lui.

Mais toujours plus d'Avengers

Et oui, c'est un savant équilibre et je suis vraiment surpris de la manière dont il fonctionne. Ainsi par exemple, l'irruption de Spiderman ravira tout le monde. En quelques minutes à l'écran et quelques vannes bien senties, il met tout le monde d'accord et nous fait rire à gorge déployée ! D'ailleurs, restez bien jusqu'à la fin du générique !

Conclusion

Civil War c'est fun, le casting est top, mention spéciale à Daniel Bruhl dont je n'ai pas parlé avant, j'adore cet acteur qui est allemand. Ça se prend un peu plus la tête que d'habitude mais ça demeure léger mais je trouve que ça manque quand même de profondeur et d'ambition. Le propos de BvS était beaucoup plus profond. De plus les séquences d'action sont un poil pas suffisamment haletantes mais rien de bien méchant. Enfin, dans le Marvel sauce Disney, personne ne crève jamais, c'est bien dommage pour créer une tension dramatique mais bon, le MCU doit bien continuer à s'étendre !

Lire la suite

Batman vs Superman : Entre mythe et amazone

24 Mars 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Superman, #Batman, #DC, #comic

Batman vs Superman, l’Aube de la justice, je l’attendais ce film, depuis longtemps. Je suis un grand fanatique de Batman depuis que je suis tout petit, en revanche, je ne me suis jamais déguisé en Superman, c’est un peu plus compliqué pour moi de lui ressembler !

Je suis fan avant tout des personnages que je connais à travers les dessins animés que je voyais dans mon enfance et un peu aussi des films précédents, en revanche, je n’ai jamais ouvert le moindre Comic, par conséquent, j’ai un regard assez neuf la dessus et je juge avant tout les qualités cinématographiques de l’œuvre. Je prends les personnages qu’on me propose sans aucun préjugé.

J’avais adoré Man of Steele dont j’avais fait la critique ici il y a trois ans.

J’aime tout autant ce Batman vs Superman. Il s’agit d’une suite de MoS bien entendu, mais également d’un reboot de Batman et enfin d’un lancement de la Justice League. Cela fat beaucoup pour un seul film et il s’en sort plus ou moins bien dans ses différentes missions.

En ce qui concerne la suite de MoS, ce film est réussi. On passe beaucoup de temps sur les conséquences des destructions vues à la fin du premier film. D’ailleurs, ce Batman vs Superman reprend au moment de la destruction de Metropolis, mais du point de vue des humains.

Bon nombre de personnages s’interroge sur les pouvoirs de Superman, sur les conséquences que cela peut avoir sur la planète, ses intentions, le fait d’avoir une personne plus ou moins incontrôlable qui peut faire ce qu’elle désire, quand elle le désire. Ce pouvoir illimité qui fascine, comme lorsque Superman est élevé au rang de mythe et même quasiment de Dieu, notamment lors de cette scène géniale à la fête des morts de Mexico. Mais ce pouvoir peut également faire peur, pour diverses raisons, justement certaines d’ordre mythologiques. Ces comparaisons même si très explicites, ne manquaient pas de subtilité et étaient très appréciables. Même si montrer Superman comme un Dieu peut sembler aller à l’encontre du personnage tel que décrit dans le Comic, cela ne manque pas d’intérêt dans ce film.

Ce film est également réussi en ce qui concerne le reboot de Batman. Ben Affleck est gigantesque dans ce rôle, il est vraiment au top de son game. C’est sympa d’ailleurs, on reprend une nouvelle fois les bases avec l’assassinat des parents du petit Bruce, la chute dans le puis avec les chauves-souris, c’est d’ailleurs le prologue du film. Mais d’un autre côté, on commence un peu à la connaitre le bougre…

Ici, on sort des questionnements d’ordre moral chers à Nolan, genre, qu’est ce que le bien et le mal. Ce sont des réponses incertaines mais accessibles à l’Homme. Non, ce Batman est dans le questionnement d’ordre existentiel. Dieu existe-t-il ? Réponse certaine mais inaccessible à l’Homme. Mais grâce à Superman, la réponse est accessible à l’Homme, c’est oui. Et alors, que fait-on devant cette réalité ? On panique bien naturellement comme le fait Bruce Wayne/Batman.

Je n’ai jamais pensé ce combat entre Batman et Superman crédible lorsque j’en ai entendu parler dans les Comics. Eh bien oui, ça semble sacrément déséquilibré comme combat ! Et pourtant, à l’écran, ça passe très, très bien. Il y a vraiment match et c’est carrément jouissif.

De plus, ce Batman totalement violent, brutal et colérique, je le valide mille fois. En outre, l’enquête de Bruce Wayne est également excellente. D’ailleurs, mention spéciale à Jeremy Irons en Alfred, j’adore cet acteur et dans ce film, il est juste génial.

Enfin, en ce qui concerne le lancement de la Justice League, c’est peut-être la partie la plus faible du film, même si c’est vraiment cool de voir Wonder Woman campé par la sublime Gal Gadot (validée depuis des années dans Fast and Furious). Il s’agit du personnage qui manque le plus de développement et c’est bien dommage. Toutefois, quel thème musical pour cette super(be) femme !

Alors en conclusion, c’est du grand spectacle, on ne voit pas le temps passer, il y a de nombreuses bonnes idées, d’autres moins bonnes mais toutefois ça se tient, avant tout grâce à d’excellents comédiens, j’ai noté un Henry Cavill toujours plus hot, une Amy Adams qu’on a toujours envie de sauver et un Eisenberg pas si mauvais en Mark Zukerberg, euh Lex Luthor pardon, psychopathe à souhait passant du côté obscur.

Et dire qu’il existe une version plus violente de ce film !

Lire la suite

Deadpool: Un héros comme les autres

25 Février 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #comic, #Marvel

Ca, c'est un film qui s'est fait attendre ! Et je suis tenté de dire tout ça pour ça... Mais tout va bien pour Deadpool, il cartonne au box office américain même s'il est classé R. La bonne nouvelle, c'est qu'on aura peut-être droit à l'avenir à des productions moins frileuses. au ton plus adulte et qui n'ont pas peur de la violence. Deadpool ne correspond pas à ces trois critères. Oui bien entendu, le film est violent, les dialogues sont vulgaires mais le propos est loin d'être subversif. Cette histoire est d'une banalité affligeante. C'est du vu et revu, il s'agit d'une simple variation. En gros, le gentil pas si gentil va se retrouver doté de super pouvoirs et à un moment sa copine sera en danger et il va aller la sauver. Alors oui, la violence est omniprésente, l'humour est bien lourd et bien gras mais il n'y a rien de novateur, aucune profondeur. Au contraire, il y a sans cesse des apartés où le personnage principal s'adresse directement à l'audience, ce procédé peut parfois être judicieux mais à trop l'utiliser, il peut être lourd. Le ton est trop premier degré et c'est bien dommage. Il y avait d'autres manières de se moquer des films de Comics.

Il y a quand même des points forts, enfin un point fort qui s'appelle Morena Baccarin. Je l'ai validée depuis que je l'ai vue dans Homeland, il s'agit du personnage le plus intéressant du film et elle vaut bien qu'on se défonce pour la sauver ou encore qu'on paye une place de cinéma pour la voir. Deadpool n'est qu'un héros comme les autres.

Lire la suite

Avengers 2, la faute à Ultron

4 Mai 2015 , Rédigé par andika Publié dans #comic, #Cinéma

Un peu décevant, ce film souffre la comparaison avec le premier du nom. Tout d'abord, première faiblesse, le méchant. Ultron est un antagoniste peu charismatique avec des motivations floues, d'un autre côté, c'est normal vu qu'il n'est pas humain. Deuxième souci, les trop nombreux personnages ont peine à exister chacun de leur côté, là où c'était très bien fait dans le premier film. Il y a beaucoup moins de fun même si les séquences d'action se laissent toujours regarder avec un certain plaisir. On a l'impression de voir le même film que le premier mais en moins bien et c'est vraiment dommage.

Lire la suite

X-Men: Days of Future Past, un si beau voyage

22 Mai 2014 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Xmen, #comic

Prequel et sequel en même temps, cet épisode de X Men brasse ce qu'il y a de meilleur dans cette saga cinématographique qui nous donne à voir les aventures de nos chers petits mutants. Il s'agit ici de l'un de leur aventure la plus exaltante et de celle qui comporte les enjeux les plus dramatiques. C'est un bonheur que de voir ces personnages évoluer en même temps dans deux époques différentes. Michael Fassbender est une fois du plus un immense Magnéto. Les références aux précédents épisodes sont nombreuses, notamment à travers la bande originelle, il est simplement dommage que la BO de First class n'ait pas été réutilisée. Avec Days of future past, X-Men entre dans une nouvelle ère.

Lire la suite
1 2 > >>