Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de andika

Articles avec #canalplay tag

Gone Girl, ne pas se fier aux apparences

14 Octobre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Canalplay, #Canal+

Bon, je reviens un peu au cinéma car c'est quand même l'objet de ce blog. Samedi dernier, chez ma mère, on s'est retrouvé à avoir canal + sans raison. On en a bien profité, j'ai pu voir davantage de coupe du monde de rugby mais cela a surtout été l'occasion pour moi de voir enfin Gone Girl. J'en avais entendu tellement de bien l'année dernière lors de sa sortie mais pour une raison que j'ignore, je n'étais pas allé le voir. La flemme sans doute.

Ce film est très intéressant. Il joue sur les apparences justement et nous montre bien qu'il ne faut pas toujours se fier à ce que l'on voit. C'est fou à quel point la narration, selon le point de vu, nous raconte des choses totalement différentes alors qu'il s'agit de la même histoire. Ce qui semble un temps idyllique se transforme en cauchemar. Un mari aimant peut devenir le plus grand des sociopathes selon les apparences. Une femme délaissée et victime peut également se montrer redoutable et vengeresse.

C'est encore un film méta, qui se regarde. D'une part, il nous montre que les apparences sont trompeuses et il nous trompe également quant à son genre, à son histoire et c'est vraiment bien fait, on est bien scotché à son fauteuil.

Ce qu'il est possible de déplorer finalement, c'est que le délire n'aille pas assez loin dans la manipulation et la perversité, genre où David Fincher excelle, notamment dans Seven. Mais on sent que le réalisateur s'est fait très plaisir sur une scène particulière qui emploie vraiment à bon escient les talents de Rosamund Pike. Que dire de cette comédienne si ce n'est qu'elle nous livre ici une performance sublime ? Découverte il y a un certain temps déjà en James Bond girl, elle ne cesse de s'affirmer.

Gone Girl vaut vraiment la peine d'être vu, car il y a de l'inattendu, de la surprise, de l'étonnement et surtout, de la profondeur.

Lire la suite

Métamorphoses : La mythologie pour les nuls

11 Septembre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Français, #Ovide, #Mythologie, #VOD, #Canalplay, #QPUC

Oui, je l’avoue ce titre est facile mais tellement véridique ! Rien de tel que le film Métamorphoses de Christophe Honoré, inspiré de l’œuvre d’Ovide pour se familiariser avec la mythologie.

Je suis naze en mythologie, c’est une des mes grandes faiblesses en culture générale. A chaque émission de Question pour un champion (qpuc de son petit nom) que je regarde, dès que Julien annonce mythologie pour la question qui arrive, je deviens fébrile, j’ai peur, je sais que je ne sais pas, que j’ai peu de chance de trouver la prochaine réponse. Et franchement, ça la fout mal, car je jouis d’une certaine réputation à qpuc, en général je trouve souvent la réponse. Encore que niveau érudition, je suis médiocre par rapport à ce que j’aimerais être. Je parviens quand même à capitaliser sur le peu de connaissances que je détiens et souvent faire illusion.

Je n’ai étudié ni le latin ni le grec dans le secondaire et je le regrette un peu aujourd’hui. Par la suite, je n’ai jamais eu personne pour me raconter ces histoires de la bonne manière. Et pour faire passer un mythe, pour qu’on le retienne, c’es très important que de narrateur soit bon. Ce film fait vraiment l’affaire.

J’avais pourtant essayé de m’y mettre, un jour un ami à qui je m'étais confié à propos de mon complexe sur la mythologie et qui s’y connaissait beaucoup mieux que moi (ce n'est pas bien compliqué) m’avait recommandé de lire les Métamorphoses d’Ovide pour commencer et m’avait même tendu son exemplaire. Par la suite j’en avais également parlé avec une amie, je lui demandais sans cesse le nom de l’auteur que je n’arrivais pas à retenir.

Puis un mercredi, j’ai lu une critique dans le Canard enchaîné à propos du film Métamorphoses, elle était très élogieuse mais une fois de plus, j’ai manqué l’occasion de le voir au cinéma, et il n’est pas resté joué très longtemps. Je me suis enfin décidé à le voir vu qu’il est disponible en VOD en ce moment.

Il s’agit d’un film exigeant. D’habitude, les spectateurs peuvent être exigeants devant un film mais ici, c’est ce dernier qui en attend beaucoup du spectateur. Dès le début, on est plongé dans la nature et en silence. Dix longues minutes sans un seul dialogue. Il faut de l’audace pour proposer ce genre de chose et j’y adhère totalement. Ce début totalement silencieux peut rappeler des films comme 2001 de Kubrick ou encore Melancholia de Van Trier, je serai même capable de tenir encore plus longtemps sans dialogue.

Ensuite, très rapidement, on arrive au moment de la rencontre ente Jupiter et Europe. Dans le mythe, Jupiter se métamorphose en taureau pour séduire Europe, ici, il prend la forme d’un camion… Dépaysant ! Et c’est ici que le film fonctionne à merveille. Il transpose des récits immémoriaux dans notre époque contemporaine. Mais cela fait sens, beaucoup plus sens que de mettre l’action dans une époque ancienne inconnue. Ici, le décalage entre les Dieux et les mortels et encore plus frappant, on a le choix de croire ou de ne pas croire. Hermaphrodite devient une sorte de nymphomane, Junon est une femme jalouse, qui a peu confiance en elle et traque les incartades de son mari, Jupiter est un séducteur qui n’en a jamais assez, Orphée est un philosophe, Bacchus est un homme frustré qui n’aspire qu’à être reconnu dans son caractère divin, et enfin, Europe est une jeune adolescente d’origine maghrébine qui s’ennuie dans son existence et aspire à autre chose dans notre France d’aujourd’hui.

Rien de tel qu’un tel contexte pour être frappé en plein cœur par ces personnages. De plus, on sent à l’image tout le soin mis dans la photographie, tout le travail technique derrière.

L’irruption de ces Dieux mythologiques dans l’époque contemporaine permet également de confronter les religions polythéistes et monothéistes, ainsi ce que l’on connait chez Ovide dans le mythe d’Hippomène comme étant le temple d’une divinité devient ici une mosquée. Jupiter fait la manche à la sortie d’une église, Oprhée prêche et j’en passe.

Ainsi, les Métamorphoses d’Ovide qui se déroulent de nos jours, c’est une idée formidable, quand on fait le choix de croire aux mythes, de croire en ce film, en ces acteurs, lorsqu’on a envie de se sentir comme un enfant devant ces récits de la mythologie, ce film devient lui-même mythologie. Ce film est beau, touchant, poétique, sensuel. Il y a toutefois quelques faiblesses dans la narration, il est possible de décrocher, mais l’ensemble en vaut vraiment le coup et il serait vraiment très dommage de s’en priver, surtout si l’on a envie de savoir répondre aux questions sur la mythologie dans qpuc !

Lire la suite