Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de andika

Articles avec #canal+ tag

Whiplash, la tyranie nécessaire

27 Décembre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Canal+, #MyCanal

Whiplash est un film extraordinaire. Je l'avais manqué au cinéma l'année dernière et je suis heureux de m'être enfin rattrapé !

Cinéma et musique font toujours bon ménage et ce film ne déroge pas à la règle. C'est le face à face entre l'élève batteur Andrew, interprété par un excellent Miles Teller, avec son professeur, Fletcher, campé par un exceptionnel JK Simons qui a d'ailleurs remporté un Oscar grâce à ce rôle.

Ce film nous montre ce qu'il faut faire pour devenir un artiste accompli. La talent n'est rien, il n'y a que le travail acharné qui permet d'atteindre son but. Pour devenir quelqu'un de grand, une personne dont on se souviendra, cela requiert des sacrifices inouïs. Comme par exemple lorsqu'on voit Andrew jouer de la batterie jusqu'à en saigner ou encore, lorsqu'il largue sa copine car il sait qu'il n'aura pas de temps à lui consacrer s'il veut devenir un grand musicien.

Ainsi, il faut regarder le personnage de Fletcher non pas comme un professeur sadique mais comme une personne qui place son art au dessus de tout. Ainsi, lorsque la musique est honorée et magnifiée, lorsqu'elle est bonne, sonne, ne triche pas (merci Goldman), chacun des personnages met ses différends de côté et vit simplement la musique, ce qui nous donne de grands moments de cinéma.

Dans ce duel, la tension est omniprésente, qu'elle soit verbale ou musicale et c'est assez fou à voir sachant le peu de moyens nécessaires à la mettre en place. Les comédiens sont vraiment super justes dans toutes leurs scènes. Ou comment un scénario original, une histoire simple permettent d'atteindre des hauteurs insoupçonnées.

Enfin, comment ne pas penser à Black Swan devant ce film, en effet, la quête de perfection de l'artiste peut l'amener à perdre la raison. Mais combien de chefs-d’œuvre aurions nous en moins sans ces fous qui sont dans la quête de l'absolu ? Pouvons nous tolérer la perte d’œuvres géniales juste pour ne pas heurter les artistes ? J'en doute et ce film nous montre bien que non !

Lire la suite

Gone Girl, ne pas se fier aux apparences

14 Octobre 2015 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #Canalplay, #Canal+

Bon, je reviens un peu au cinéma car c'est quand même l'objet de ce blog. Samedi dernier, chez ma mère, on s'est retrouvé à avoir canal + sans raison. On en a bien profité, j'ai pu voir davantage de coupe du monde de rugby mais cela a surtout été l'occasion pour moi de voir enfin Gone Girl. J'en avais entendu tellement de bien l'année dernière lors de sa sortie mais pour une raison que j'ignore, je n'étais pas allé le voir. La flemme sans doute.

Ce film est très intéressant. Il joue sur les apparences justement et nous montre bien qu'il ne faut pas toujours se fier à ce que l'on voit. C'est fou à quel point la narration, selon le point de vu, nous raconte des choses totalement différentes alors qu'il s'agit de la même histoire. Ce qui semble un temps idyllique se transforme en cauchemar. Un mari aimant peut devenir le plus grand des sociopathes selon les apparences. Une femme délaissée et victime peut également se montrer redoutable et vengeresse.

C'est encore un film méta, qui se regarde. D'une part, il nous montre que les apparences sont trompeuses et il nous trompe également quant à son genre, à son histoire et c'est vraiment bien fait, on est bien scotché à son fauteuil.

Ce qu'il est possible de déplorer finalement, c'est que le délire n'aille pas assez loin dans la manipulation et la perversité, genre où David Fincher excelle, notamment dans Seven. Mais on sent que le réalisateur s'est fait très plaisir sur une scène particulière qui emploie vraiment à bon escient les talents de Rosamund Pike. Que dire de cette comédienne si ce n'est qu'elle nous livre ici une performance sublime ? Découverte il y a un certain temps déjà en James Bond girl, elle ne cesse de s'affirmer.

Gone Girl vaut vraiment la peine d'être vu, car il y a de l'inattendu, de la surprise, de l'étonnement et surtout, de la profondeur.

Lire la suite