Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de andika

Hannah Arendt: La raison dans l'émotion

7 Mai 2013 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma, #allemand

Hannah Arendt est un film très utile pour qui n’a pas fait un peu de philosophie et de sociologie. Il revient globalement sur les thèses qu’elle a développées à la suite du procès d’Eichman à Jérusalem. A l’observation de cet homme lors de sa défense, elle a pu identifier le concept de la banalisation du mal. Combien de fois ai-je entendu cela au cours de mes études ! Cette femme par sa clairvoyance est passée à la postérité, ses observations ont été corroborées par une expérience scientifique à l’université de Yale réalisée par Milgram. Il est vital que tout le monde connaisse cela, car c’est ce qui permet de rester humain en toutes circonstances.

 

D’un point de vuecinématographique, nous avons ici un film honnête. Des plans élégants, despersonnages riches et recherchés servis par des acteurs vraiment très bon. Ons’aperçoit toutefois rapidement que ce qui importe n’est pas forcément ce quise passe à l’écran, non l’important ici c’est d’écouter, de ne pas perdre unemiette de dialogue. Mais toutefois, certaines images marquent, notamment toutescelles se déroulants à Jérusalem.

 

D’un point de vue philosophique,ce film est infiniment plus riche. Il y a quelques flashbacks de la relation entre Arendt et Heideger, qui sont assez intéressant car on touche du doigt le problème, la conciliation entre la passion et la raison. Ce sont deux choses qui ont l’air clairement antagonistes et qui pourtant se nourrissent l’une de l’autre pour parfois aboutir à des synergies redoutables. Et c’est de cette relation dans le film que sa pensée se nourrit et aboutit à une solution brillante. Ainsi, elle échappe à la passion pour analyser ce que dit Eichman. Elle constate que ce n’est pas un homme foncièrement mauvais, comme dit dans lefilm, « Eichman ist kein Mephisto! ». Cette démarche n’est pas aisée du tout, c’est le seul personnage du film qui écarte toute passion de cette histoire de procès. Mais en écartant, la passion,on peut également devenir très dangereux. Elle explique que Eichman, personne médiocre, qui dit ne pas avoir d’animosité envers les juifs, en a pourtant condamné des millions à mort. Et pourquoi ? Parce qu’il exécutait les ordres. Un raisonnement parfaitement rationnel au niveau kantien, ce raisonnement ne nécessite aucune réflexion, et la passion en est étrangère.Mais pourtant, en réfléchissant, et en ayant accès à certaines émotions, ces ordres n’auraient jamais été exécutés.

 

Pourtant en essayant decomprendre ces mécanismes, Arendt se trouve confronté au mécontentement debeaucoup de personnes, parce qu’elle relate des faits qui ne sont pas forcémentagréable à constater, notamment sur le rôle de certains juifs dans le massacrede la Shoah. Dès lors, la passion reprend le dessus, on ne traite plus du fondde son raisonnement, mais de dix pages sur trois cent. Et cette passion revientà la case intolérance, violence, incompréhension. Alors que la réflexionpermettrait de relativiser.

Ainsi ce film montre que pour êtrehumain, il ne faut jamais perdre sa conscience, mais celle-ci se base autantsur l’émotion que sur la raison et que lorsqu’on néglige l’un des deux, on peutrapidement dévier vers des eaux troubles.

 

Enfin sur une note plus légère ettout aussi personnelle, j’ai été enchanté de voir un film allemand au cinéma,il y en a peu qui sortent chez nous. J’avais manqué Faust l’année dernière qui,si j’en crois certaines critiques, étaient vraiment excellent. Il faudra que jeme procure le DVD. En tout cas je n’ai pas manqué Hannah Arendt et maintenant, il me reste à lire ses nombreux écrits !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article