Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de andika

Avatar, une éxpérience unique.

26 Janvier 2010 , Rédigé par andika Publié dans #Cinéma

Parlons d’'Avatar

 

Avatar, un nom commun, un film, un voyage, une expérience ! On est très familier du mot Avatar lorsqu'on fréquent assidument les forums, c'est pour cela que pour moi ce mot sonne réellement bien, car je l'entends depuis longtemps.

Avatar, ou le film de James Cameron qui revient derrière la caméra après avoir fait le film ultime qu'est Titanic, que ça soit au niveau du succès du public et du succès critique ! Je suis certain que pour bon nombre d'entre nous, lorsqu'on prononce le mot Titanic, ça évoque quelque chose, une émotion, un souvenir, une chanson, un bon moment , des rires, des larmes. Là où réside l'exploit de James Cameron, c'est qu'il a réussi a faire le film qui surpasse Titanic, il a attendu douze longues années, pour faire une film qui ferait tomber les records de Titanic, il a patienté pour pouvoir nourrir, son ambition, pour poursuivre sa quête d'excellence !

Alors à l'heure d'aujourd'hui, tout le monde a entendu parler d'Avatar, que ce soit à la télévision, à la radio, sur internet, ou l'a vu au cinéma ! Près 1.9 milliards de dollars au box officie mondial en ce 26 janvier 2010, soit cinq semaines après sa sortie !

Personnellement j'en ai entendu parler déjà au cinéma, j'avais vu une courte bande annonce qui m'avait bien impressionné, puis j'ai lu une interview de la célèbre actrice Sigourney Weaver. Ça n'était pas simplement pour la promotion du film qu'elle parlait, elle a dit une simple phrase qui m'a donné très envie de voir ce film. Elle a dit qu'elle était fière d'avoir participé à ce film, c'est tout ce que j'ai retenu. Ça n'était pas la parole commerciale aseptisée habituelle, non, simplement une parole qui venait du cœur.

Quelque temps après, j'ai entendu au 20 heures, qu'il avait ramassé 600 millions de dollars en 2 semaines, là j'ai su qu'on avait en face de nous un phénomène !

Alors Avatar à proprement parler, pourquoi ça marche ?
C'est une histoire d'une simplicité, et d''une banalité à faire peur, et pourtant, comme on dit, ce sont toujours les plus vieilles recettes qui sont les meilleures ! Là où réside le succès d'Avatar, c'est qu'il raconte une histoire simple, mais qu'il la raconte extrêmement bien ! Cette histoire est vieille comme le monde, et extrêmement manichéenne que c'en est presque caricatural, mais c'est noirci à un tel point que ça en est clairement volontaire, et judicieux ! Ce point du scénario avec des humains très méchants et qui tirent avant de réfléchir, et des Na'vis tout bleu, très gentils et en harmonie avec la nature m'avait terriblement dérangé lors de mon visionnage, mais en prenant du recul je trouve ce traitement des personnages nécessaire, car il est assumé en pleine conscience ! Car dans son traitement de l'histoire, les enjeux sont accessibles à tous les spectateurs. Et je trouve que rendre sa narration accessible est une très bonne chose, vous me direz que c'est grand public, que c'est commercial, moi je répondrai que Cameron assume pleinement de faire du grand spectacle, et souhaite simplement nous faire passer un agréable moment !

Mais pourtant, ce traitement de l'histoire manque néanmoins d'ambition, car le contraste des humains n'aurait sans doute pas fait de mal, mais surtout, les bons sentiments font rarement des chez d’œuvres malheureusement. C'est pour cela que l'on peut ressortir de ce film un peu sur sa faim. Car cette histoire de colonialisme où les autochtones repoussent les méchants envahisseurs est très utopique, et pourtant elle ne l'est pas tant que cela !

Après de nombreuses conversations, lectures, échanges, j'en arrive au point de penser que la vie, et les rapports entre les hommes, et que plus généralement la nature, sont gouvernés par des rapports de force. En effet, prenons quelques exemples !

D'après Charles Darwin, la nature sélectionne les espèces et les phénotypes les plus forts, et après quelques observations c'est très pertinent, ce principe de sélection naturelle peut s'appliquer clairement aux hommes. La guerre en est une illustration parfaite ! On constate qu'aucun pays ne déclenche la guerre si il n'est pas sur de la remporter, car cela demande beaucoup de force et de et de confiance de débuter une guerre, mais toutefois, les gens qui engagent ces guerres peuvent faire preuve d'une mauvaise appréciation, et parfois mêmes de graves erreurs de jugement ! Comme par exemple les différentes guerres menées contre la Russie, que ce soit par Napoléon, ou par Hitler. Dans d'autres cas, on observe un statu quo. L'exemple de la guerre froide en est le révélateur. Le bloc de l'Est et le bloc de l'Ouest s'observent, car ils se savent de puissance égale, et n'ont que des doutes sur l'issue d'un éventuel conflit. Cela entraine un certain pragmatisme, on cherche à étudier et à mieux connaitre les forces et les faiblesses de l'adversaire, et en attendant on calme le jeu et on temporise. C'est exactement la situation du début d'avatar, la guerre froide.

C'est à ce moment précis que Jake arrive, et inverse visiblement le rapport de force, la balance semble alors irrémédiablement déséquilibrée. Mais en réalité les dés sont pipés, car les hommes dans ce conflits n'ont que des préoccupations matérialistes, ils ne prennent pas en compte bon nombre de paramètres fondamentaux, ils ne connaissent absolument rien de leurs ennemis qui ont une société complexe, alors que les hommes eux sont d'une simplicité criante, ils ne sont que cupides, rien d'autre. Ce conflit montre que l'ignorance est la pire faiblesse, et que la connaissance ne s'atteint pas en peu de temps, et que c'est très complexe à atteindre, et les conceptions des humains purement métaphysiques, ne suffisent pas à comprendre les na'vis et leur immense base de données de savoir, leur osmose avec la nature.

C'est en cela que les na'vis sont supérieurs aux hommes, ils montrent un pacifisme et une soumission apparente, alors qu'ils possèdent la force, et le savoir, mais eux l'utilisent à bon escient. Ils n'utilisent pas leur force car ils se savent plus fort, ils utilisent qu'en cas d'absolue nécessité.

Ces rapports de n'existeraient pas sans les nombreux personnages du film. On constate tout d'abord que tous les personnages féminins sont du côté des na'vis, que ça soit Grace ou Trudy, je pense que ça n'est pas anodin. De plus tous les scientifiques ont des avis assez modérés et réfléchis, en contraste avec les militaires, illustrés par a le fameux colonel Miles Quaritch, personnage totalement stéréotypé, mais utile au cheminement de notre héros, Jake.

C'est un film raconté à la première personne par Jake, ce choix de narration permet l'immersion totale du spectateur amplifié par la 3D, on découvre par ses yeux le monde luxuriant de Pandora, et là c'est la claque ! Ce monde est d'une beauté époustouflante et rien que pour cela ce film vaut le détour, on assiste donc à l'initiation de Jake, et comment il devient un véritable na'vi. Il a littéralement deux vies, et de cette dichotomie nait vraiment quelque chose de très intéressant. Grace à cela, on atteint vraiment une bonne compréhension des enjeux qui nous entourent. Il aurait justement été préférable que l'auteur insiste sur la caractère vital du minerais mais passons. Cette narration, nous fait simplement prendre fait et cause pour les na'vi, mais au milieu de ça il y a Jake, et ce sont ses choix qui déterminent les différentes éventualités, ce sont ses choix qui ont le plus de conséquences. Il se retrouve dans une situation délicate à un moment du film, mais il rétablit sa position avec les na'vi grâce à... Un rapport de force ! Il devient Toruk Makto, et ça c'est le tournant, à partir de cela, on commence à comprendre qui détient la force, à partir de cela tout le monde choisit son camp.

Ce film rappelle Pochantas, Le Nouveau Monde, Danse avec les loups, mais ça serait très simpliste que de le réduire à ça, car les choix de Jake ne laissent aucune place au retour en arrière.

A partir de cela, il y avait trois possibilités, la victoire totale, la défaite, ou la victoire altérée, bien entendu, c'est la première qui a été choisi, alors que la troisième en aurait fait un chef d’œuvre, car oui, Jake est infirme, et c'était bien le moyen de rendre ce film plus grand, mais malheureusement ce film appelle des suites, donc le happy end s'impose, mais ça n'est pas cela qui peut gâcher le film.

En conclusion, Avatar est un film pionner du 21ème siècle, il est servi par une belle bande originale, des images d'une rare beauté, mais ce film est surtout le fruit de l'imagination d'un homme, James Cameron, qui n'a peur de rien, et qui prend son travail ainsi que les spectateurs véritablement au sérieux, et quand on regarde le succès de ce film, on constate qu'il ne faut pas grand-chose pour faire un bon film, simplement du travail, et une réelle envie de bien faire, mais surtout l'amour du cinéma.

 

 

 

 

 

 

James Cameron. Twentieth Century Fox France

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Max Taillebois 31/03/2011 11:17

Avatar c'est nul !Je l'ai vu en 3D, c'est sans doute joli mais ça m'a franchement fait ma au crane, c'est peut être mieux en 2D.

Scénario = 0. De bonnes grosses ficelles bien comme il faut. C'est pas que c'est franchement mauvais mais juste qu'on a l'impression d'avoir vu ce film des centaines de fois avant qu'il sorte.

Un conseil ? Regardez "Démineurs", le film de l'ex-femme de Cameron sorti quasiment en même temps, sur un tout autre sujet, avec un budget ridicule et un résultat bluffant !

andika 14/12/2015 22:46

J'ai vu Démineurs, j'ai failli m'endormir, sorry ahahaha !