Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de andika

il barbiere di siviglia à Bastille

1 Mars 2016 , Rédigé par andika Publié dans #Opéra de Paris, #Opéra, #Autre, #Bastille

Une fois de plus, je n'innove pas dans mon titre et comme pour Don Giovanni, je reprends sobrement le titre de l’œuvre dont je vais vous parler ainsi que le lieu où elle m'a été donnée.

J'ai découvert hier avec amusement que Rossini était né un 29 février, en 1792 précisément, je trouve cela formidable que la veille de sa date d'anniversaire, à savoir le dimanche 28 février 2016, d'avoir assisté à une représentation de son il barbiere di siviglia ! Ce opéra est adapté de la célèbre pièce de Beaumarchais, Le Barbier de Séville. A ce sujet je twettais d'ailleurs depuis Bastille...

Sacré Beaumarchais, ses Noces de Figaro ont rythmé de nombreux cours de français au cours de ma scolarité au lycée. Il parvenait à l'époque, à mélanger une histoire d'amour avec un récit sur les différentes classes sociales et cela fonctionnait divinement bien. Mais à cette époque, peu avant la Révolution française, le fait que différentes classes puissent se mêler dans une œuvre de fiction pouvait mener à certains problèmes, notamment la censure.

Le Barbier de Séville est un peu plus léger, d'ailleurs ici, Figaro n'est plus le personnage principal, il s'agit du comte d'Almaviva et de Rosina. Sauf que pour séduire sa belle Rosina, le comte se fait passer pour un roturier du nom de Lindoro. Et pendant toute l'histoire, il essaye de l'arracher des griffes de son tuteur, le Docteur Bartolo (et pas Bartolone). Je ne sais pas si cette légèreté est due au livret de l'opéra ou si elle était déjà présente dans la pièce de théâtre mais en tout cas, elle fait un bien fou. On ne peut être que de bonne humeur devant une telle histoire. C'est une pure comédie, presque pas une once de drame, bien entendu quelques péripéties mais elles sont bien dérisoires.

La mise en scène était vraiment géniale avec un décor dément qui bougeait. Il y avait deux faces et il tournait sur lui même, et parfois le décor bougeait même en pleine action. Une mise en scène vraiment dynamique qui n'avait presque rien à envier au cinéma, bien au contraire !

L'ouverture est un des airs les plus connus de l'opéra et elle a été saluée par une salve d'applaudissements. Au niveau musical, globalement, c'est très agréable à suivre. On a droit à des airs géniaux, à des duos, trios, quatuors, quintettes et autres entre plusieurs voix des plus sublimes. Toutefois, j'ai beaucoup moins aimé que Mozart il y a quelques mois.

Néanmoins, je retiens quelques airs géniaux avec des moments de bravoure des chanteur, notamment Basilio et le génial La calunnia è un venticello Rosina et Una voce poco fa, et bien entendu le comte avec notamment le fameux Pace e gioia sia con voi et un aria dont je n'ai pas retrouvé le nom, je sais qu'à un moment il chante accompagné d'une seule guitare et que son dernier solo est à la toute fin.

Au niveau vocal, j'ai été quand même un peu déçu, seulement une voix s'est démarquée à mes yeux (enfin à mes oreilles), celle de Pretty Yende dans le rôle de Rosina, quelle puissance, je l'entendais comme si elle étais à côté de moi !

Je n'entendais presque pas ce que chantais Bartolo, Basilio quant à lui était excellent, Figaro était un peu diminué mais il avait une excuse, le chanteur était souffrant, on nous l'avait annoncé au début du spectacle ( du coup les Figaro, Figaro, Figaaaro ont été un peu gâchés), enfin le comte était assez correct mais ils faisaient tous pâle figure face à Rosina.

Je parlais plus haut du don de la chronique sociale qu'avait Beaumarchais dans son œuvre. Elle se retrouve dans la distribution de l'opéra. Au sein du public, j'ai un peu regardé autour de moi, nous devions être deux noirs à tout casser, sur une salle qui peut contenir 2723 spectateurs. Mais ça n'avait pas d'importance pour moi car il y avait également deux noirs sur scènes, dans les deux rôles principaux, à savoir Pretty Yende alias Rosina et Lawrence Brownlee alias le Comte. Je crois que je n'avais jamais applaudi aussi fort de toute ma vie, allez savoir pourquoi ! D'ailleurs, vous pouvez les écouter en vidéo à propos de leur travail.

Encore une fois la preuve que l'opéra c'est pour tout le monde. Et c'est souvent démontré par l'absurde. Les distributions des opéras sont souvent internationales, à savoir que cohabitent plusieurs nationalités sur scène, c'est parfois assez cocasse. Pour le coup, nos deux amis, respectivement de nationalités sud africaine et américaine, avaient à chanter en italien pour une histoire se déroulant à Séville en Espagne. Ils s'en sortent pas mal du tout d'ailleurs.

La conclusion c'est que l'opéra est une sorte de tour de Babel, très cosmopolite, en revanche, les histoires racontées embrassent souvent les mêmes thèmes, mais bon, d'un autre côté, comment se lasser des histoires d'amours ? L'ovation finale était tout autant pour la performance des artistes que synonyme de bonne humeur car l'histoire se terminait extraordinairement bien, par un mariage que tout le monde attendait, c'était la fête !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article